Le diamant : son histoire

Le diamant, un bijou de l’Antiquité

La toute première trace d’un texte évoquant le diamant se trouve chez les Sanscrits, au IVe siècle avant J.C.  De toutes les pierres précieuses, le diamant était la plus dure et la plus admirée pour sa rareté et sa pureté. On lui attribua des qualités spirituelles, morales et philosophiques. L’Inde fut l’unique producteur de diamants au monde jusqu’au XVIIIe siècle, en fit un véritable culte, et un représentant du meilleur de ses valeurs.

Avant que le feu du Vésuve ne le consume, Pline l’Ancien avait noté que le diamant incarnait le meilleur de ce qui trouvait sur Terre. Tant par ses propriétés de résistance que

Boucles d’oreille diamant

par sa grande beauté subtile. L’Empire Romain tomba à son tour amoureux de la pierre, partageant cet amour avec l’ensemble des civilisations autour de la Méditerranée.

Depuis Alexandre le Grand jusqu’à Marco Paulo de Venise, en passant par les grandes caravanes du monde arabo-musulman et chinoises,  relatent les mystères du diamant. Au fil des siècles, le diamant devint l’une des pierres les plus convoitées dans le monde connu. Son scintillement entra dans la légende.

Les diamants à l’époque des bijoux de Grands Rois

Rapidement, les grands pays commerçants établissent les routes commerciales, et les comptoirs partout autour du monde. Le navigateur portugais Vasco de Gama permet en 1498 l’ouverture d’une nouvelle route maritime plus sûre, passant pour la première fois le Cap de Bonne-Espérance. Soie, épices, bijoux et diamants en provenance d’Inde sont de plus en plus nombreux à arriver en Europe. Les grands joailliers quittent le girond de Venise et Bruges devient la nouvelle capitale du diamant. Au cœur de l’Europe, elle diffuse ses œuvres à tous les royaumes voisins.

Malgré son surnom, la « Venise du Nord » décline comme sa voisine du sud. Et Bruges perd son statut de capitale diamantifère au profit d’Anvers au début du XVIe siècle. Grâce aux Portugais et leurs navires, les diamants ornent couronnes royales et parures nobiliaires. On lui prête là encore des vertus magiques, associées dans les armoiries des grandes familles. Mais déjà les gisements se font plus nombreux, et de plus en plus de ports accèdent aux diamants. Amsterdam devient une autre grande capitale du diamant. Elle ne fit que croitre avec la découverte des gisements du Brésil, puis d’Afrique du Sud au siècle de la Révolution française.

Le diamant : le bijou de toutes les époques

La science ayant progressé, on a su imiter synthétiquement le diamant. Ses propriétés de dureté et de diffraction de la lumière sont unanimement reconnues et en font un bijou unique. Les Grecs anciens ne s’étaient pas trompés en misant sur cette pierre. Symbole de la beauté et du glamour, le

bague en céramique avec diamants

diamant est un marché de plus de dix milliards de dollars. Aujourd’hui, les plus gros producteurs sont la République démocratique du Congo, la Russie, le Botswana et l’Australie. La plus grande majorité des mines d’Inde s’est épuisée.

Le diamant n’est plus réservé aux rois et aux reines. Devenu un outil de mode, et allié à l’or, un symbole de l’amour, il perdurera encore dans nos mœurs pour de nombreuses années.